Page Facebook

Pas de selfie à Cuba pour Justin Trudeau

Publié le 2016-11-29 05:52:52 par Marc-André Noiseux

Et oui, c’est officiel, notre premier ministre a encore eu l’air d’un idiot paralympique et a dû reculer sur son intention d’aller rendre hommage à ce meurtrier dictateur qu’il a pris soin d’appeler affectueusement  « leader plus grand que nature » lors d’un discours officiel cette semaine passée.

 

 

Je suis au fait qu’un dirigeant comme Justin se doit de garder le plus possible des relations diplomatiques saines, ça ne signifie pas pour autant qu’il doit faire une « fellation post-mortem » aux pires tortionnaires de la planète avec l’intonation admiratrice mielleuse d’une prostituée qui tombe sur son client le plus payant de la semaine.  

 

Comment on peut flatter l’égo d’un homme qui aurait, du 1er janvier 1959 au 25 mars 2005, fait torturé et massacré plus de 85 000 personnes, pour la plupart des gens totalement innocents dont le seul crime est d’avoir parlé contre le régime ou refusé de distribuer de la propagande pro-castriste ? Je vais vous étonner mais je ne pense pas que Justin aimait particulièrement Fidel, il a fait cette déclaration saugrenue pour flasher, pour observer maladroitement des conventions sociales grotesques que l’humain moyen cultive au nom de la bonne parure et de la politesse.

 

En tant qu’asperger, j’ai toujours fortement réagi à cette tendance qu’ont beaucoup d’humains à regretter et encenser des gens qui ne le méritent pas nécessairement pour la simple raison qu’ils sont décédés. Je trouve cette convention sociale plutôt tarée. On en a eu un exemple avec Mickaël Jackson qui a dû dans sa vie se ruiner, uniquement pour acheter le silence des multiples familles l’accusant d’agression sexuelle sur leurs enfants. Il ne vendait presque plus d’albums tellement le malaise était présent. À peu près tout le monde convenait qu’il y avait tout de même quelque chose d’extrêmement troublant dans le comportement de Jackson. Il était très bon danseur mais il se flattait sans arrêt le scrotum dans ses spectacles en gloussant, il n’invitait à peu près que des petits garçons à ses auditions pour des clips, s’est déjà enfermé toute une fin de semaine dans un motel avec un gosse pendant que sa mère dépensait dans les grands magasins avec sa carte de crédit. Il en a profité pour prendre des bains nus avec le petit. Il a reconnu avoir regardé des revues pornos avec un enfant, avoir servi de l’alcool et couché dans le même lit. Il appelait un de ses jeunes amis RUBBER, un terme utilisé fréquemment pour désigner un condom avant une relation sexuelle. Quand même, il me semble évident que Mickaël avait des problèmes avec sa sexualité, problèmes qui auraient été identifiés chez le commun vidangeur ou travailleur de la classe moyenne… comme de la pédophilie. Les indices de la déviance du roi de la pop pétaient au visage mais on ne sait pas exactement ce qui s’est passé, il a été systématiquement comparé à Peter Pan suite à sa mort et tout le monde s’est ému. Il y avait maintenant consensus presque unilatéral, il était soudainement innocent et passait directement à la postérité.

 

 

Oui, j’ai réussi à lier la mort de Fidel Castro à celle de Jackson, ce qui est quand même un exploit de blogueur mais c’est pour vous montrer à quel point plusieurs conventions sociales sont incompréhensibles et tellement abstraites qu’on devrait les bannir de notre monde. Le but n’était pas ici de crucifier Mickaël Jackson ou de le déclarer coupable mais simplement de réaliser que la mort de quelqu’un suffit pour en faire un héros, peu importe tout ce qui pèse dans la balance. Hitler est le seul qui me vient à l’esprit dont l’aura cacaesque est restée relativement intacte, ce même après sa mort. À part les racistes, à peu près personne n’a osé le citer amicalement suite à son décès officiel.

 

On viendra me reprocher que je suis trop dur, que Castro était meilleur que Pinochet pour son peuple, c'est possible. Il a donné un système de santé et d’éducation de qualité aux cubains mais une autre chose que beaucoup d’ASPIES comme moi n’aiment pas, c’est de minimiser le poids de 80 000 meurtres politiques en disant : «  Regardez, d’autres ont fait pire ». À ce compte-là, à partir du moment où un dictateur a déjà gazé des millions de juifs, il y aura pas mal toujours quelqu’un qui a fait pire que nous. Ce type d’argument-là ne peut pas fonctionner.

 

 

Le comportement récent de Justin est à l’image de ce monde de bisounours, cette dictature aux couleurs de l’arc-en-ciel qui appelle à un discours tellement cosmopolite et nuancé de bisous, de selfies et de parades de mode qu’au final , on ne peut reprocher au site Web macleans.ca de se taper sa gueule. Les derniers intellectuels cartésiens de ce monde regardent ce triste cirque et se disent qu’il faut immortaliser ça.  

 

 

Auteur : Marc-André Noiseux



Date : 2016-11-29 05:52:52


Ce que vous devez savoir :

  • Je ne cherche pas à me faire des amis mais à décrire des réalités
  • Je ne suis pas responsable de vos traumatismes personnels
  • Je ris des religions, lobbies pharmaceutiques, politiciens
  • Tout le contenu de la zone humour doit être pris à la légère