BLACK FRIDAY : Le « Resident Evil » des temps modernes

Publié le 2016-11-27 17:36:33 par Marc-André Noiseux

À chaque BLACK FRIDAY, c’est un peu le même phénomène qui se produit. Vous rappelez-vous le film Resident Evil dans lequel des milliers de Zombies courent après des humains pour leur dévorer le cerveau et leur bouffer les trippes ? On ressent sensiblement la même chose en voyant certaines vidéos qui circulent sur le WEB suite à chacun de ces fameux événements d’hyper-consommation. Des personnes âgées sont piétinées après avoir chuté, des gens se battent à coup de barre de fer dans les allées, certains utilisent du poivre de Cayenne pour éloigner les autres clients des produits convoités. C’est la jungle des demi-civilisés.

 

 

Encore cette année, on devrait pouvoir observer des vidéos de détraqués mentaux en crise de panique devant une télévision dont le prix va de toute façon baisser deux semaines plus tard. On voit tout ce qu’on ne pensait jamais voir dans sa vie :  des obèses qui roulent sur le plancher pour abattre les humanoïdes sur leur passage comme dans un jeu de quilles et ainsi arriver au rayon des I-Pad en premier, des fous qui campent devant le magasin et pleurent pour un ensemble de chaises de patio, des gens aux cheveux graisseux qui n'ont pas dormi depuis trois jours et qui vont donner la grippe à 2500 personnes en toussant au visage des autres consommateurs compulsifs. La seule limite, c’est votre imagination qui la dessine.

 

J’ai l’impression que le jour du Black Friday, chaque employé du Wal Mart fait un burnout. C’est obligé ! Dans certaines succursales, pour être sur le plancher cette journée-là, il faut pratiquement une formation de travail social en milieu psychiatrique. Des rangées de gardes de sécurités sont près des caisses et du rayon de l’électronique. Lorsque les portes ouvrent, des hordes de morts vivants détruisent tout sur leur passage jusqu’au rayon des télévisions et des consoles de jeux vidéo. C’est un peu comme le pèlerinage vers la MECQUE durant lequel des musulmans sont tués, écrasés sous leurs congénères en proie au délire religieux ultime. Le phénomène du Black Friday, c’est l’apothéose, l’orgasme d’une économie de gaspillage qui masturbe nos cartes de crédit comme on lave le cerveau des croyants d’une secte. Cette journée, c’est la honte d’une Amérique malade, c’est une manifestation de notre échec à contenir nos vices.

 

 

Dans l’état de virginie, un homme magasinait durant un Black Friday et fut pris d’une crise cardiaque. Les autres consommateurs le piétinaient ou le contournaient pour magasiner au plus vite leurs items. L’homme est finalement décédé. Cette personne était dans le lieu le plus achalandé sur 70km à la ronde et n’a pu être sauvé à temps d’une crise cardiaque. Les zombies étaient trop occupés à magasiner. L’intervention est arrivée trop tard.

 

 


 

En regardant cette foule de zombies devenus hystériques pour obtenir des objets majoritairement destinés au divertissement, on se demande : «  Qu’arrivera-t-il au prochain épisode de verglas ? ». Si aujourd’hui des gens se poignardent pour une télévision sur laquelle un rabais de 40% est en fait un rabais réel de 6 ou 7%, imaginez le jour où un cataclysme se produira, ce qu’ils seront prêt à faire pour garder leur train de vie ? Ça donne des frissons…

 

 

Écrit par : Marc-André Noiseux



Date : 2016-11-27 17:36:33


ATTENTION : Ceci est un blogue agrémenté d'une zone humour et n'est pas une page journalistique officielle. J'y véhicule des opinions ou analyses de notre société avec lesquelles on peut être en accord ou en désaccord .Je ne cherche pas à me faire des amis mais à décrire des réalités avant tout. Je ne suis pas responsable de vos traumatismes personnels. Sur cette page, je critique les religions, lobbies pharmaceutiques, politiciens etc . Évidemment , tout le contenu de ma zone humour doit être pris à la légère et chaque gag est bien expliqué par la suite donc si vous voyez de la haine gratuite dans mes textes, je crois que vous en comprenez mal le sens et dans ce cas, je ne peux en être tenu responsable. Je suis cru mais je ne balance pas d'insultes gratuites qui ne trouvent aucun fondement moral.