Les « Robins des Bois » de la politique

Publié le 2016-04-11 03:34:55 par Marc-André Noiseux

Depuis l’arrivée de Françoise David et de ' Québec Suicidaire ' dans le monde politique, on observe une tendance claire pour le pelletage de nuage communautariste. Le but d’une bonne partie de la population québécoise étant de passer pour plus écologique, moins raciste, plus ouvert que le voisin, on finit par tomber rapidement dans les promesses ridicules, utopiques et irréalisables du côté des partis politiques. La logique est la suivante : On a une valise ouverte et elle est vide. Dans ce temps-là, on la remplit.



Je pensais avoir tout vu avec Amir Khadir et Françoise David. C’est juste si on ne nous promet pas de faire imprimer plus d’argent et d’en distribuer aux pauvres pour régler les problèmes de notre civilisation. On est dans l’irréalisme total mais peu importe car QS ne sera pas élu. Ces gens peuvent promettre des autoroutes en latex et des pissenlits qui se transforment en éoliennes gratuites, tant qu’une partie de la population y croit, mère Thérésa David se sent comme Robin des Bois. Elle roule sa langue en bouche alors qu'elle vit un orgasme médiatique et obtient toute l'attention désirée. Elle rêve d'une statue à son image à côté de celle de Ghandi.

 

Un nouveau joueur

Maintenant, il y a un petit nouveau qui fait parler de lui sur le WEB. Il s’appelle Richard Chartrand. Je pense qu’il fait un concours de propositions utopiques avec le parti QS. Quand il ne publie pas une affiche avec un message n'ayant aucune signification, il exhibe des idées qui font éclater de rire. Richard n’a qu’une phrase à répondre lorsqu’on le confronte à son incohérence : « Faites-moi confiance, ce projet est révolutionnaire ». Désolé mon vieux, je ne voterai pas pour toi parce que tu as un beau veston. Je veux des idées cohérentes.


Cette semaine, c’était l’orgasme de la reconnaissance des premières nations. Non pas que j’en aie contre les premières nations mais Richard nous propose d’imposer la langue amérindienne à tous les enfants de l’école comme langue seconde en guise de respect envers ceux qui étaient ici avant nous. Hey, ce n’est pas trop difficile de démontrer que quelqu’un ici a trop sniffé de pissenlits. On a déjà de la misère à parler un français acceptable et à comprendre l’anglais dans la population moyenne, on va mélanger les gens encore plus ? Deuxièmement, c’était vraiment amusant de lire Stéphane Gendron répondre qu’il n’y a pas qu’un peuple amérindien au Québec et qu’il faudra déterminer quelle langue est la vraie langue des premières nations. J’étais plié en deux.


Je ne pouvais m’empêcher d’écrire que, tant qu’à ça, on pourrait " déconstruire " Montréal et tout réaménager comme dans les années 1500. On pourrait même apprendre à nos enfants le dialecte de grognements par respect envers l’homme de Cro-Magnon qui était là avant nous. Vous savez, un moment donné, trop c’est comme pas assez. Comment Richard va manœuvrer avec le ¾ de la population qui n’est pas capable de parler plus de 2 langues correctement ? Tous ces gens vont échouer à l’école ? Ils ont déjà de la misère à ne pas écrire le mot « échelle » avec 3 fois la lettre L. On a du pain sur la planche. Encore ici , après avoir soulevé mon point , j’ai eu droit pour la troisième fois à la réplique :  « Faites-moi confiance, ce projet est révolutionnaire ».


Le plus impressionnant, c'est la quantité de gens qui supportent ce gars là et encouragent ses idées. C'est quand même parfois 50% des commentaires.  Bordel , arrêtez de lui donner du gaz !  Vous , quand vous voyez quelqu'un en psychose qui se parle tout seul dans la rue , allez vous embarquer dans son délire et faire semblant de voir ses amis imaginaires ? À moins que ce soit dans le but de l'amadouer pour l'emmener à l’hôpital , ça ne risque pas de l'aider.

 

On demande du changement pertinent

Beaucoup de québécois en ont plein le fion du PLQ. Il y a un écœurement général et un besoin de changement qui se fait sentir dans la population mais ça ne veut pas dire qu’on est dû pour se faire vomir du sperme de bisounours dessus par des éternels adolescents en manque de reconnaissance qui jouent à Robin des Bois. On a besoin de vérités, de plans concrets pour relever les tissus sociaux et économiques. Si tu as fumé des clous de girofle en fin de semaine et que ton plan pour relever le Québec, c’est d’apprendre à parler la langue des baleines en respect pour le film Mon Ami Willy, attends avant de publier n’importe quoi sur Facebook et parles-en à ton psychologue, c’est possible que tu sois en dépression. Il n’y a pas besoin de faire un concours d’utopie avec Québec Suicidaire. Avant de se magasiner de la fierté, il faut apprendre à gérer ses pulsions, son besoin de reconnaissance … pour éviter de se ridiculiser.

 

Marc-André Noiseux

 



Date : 2016-04-11 03:34:55


ATTENTION : Ceci est un blogue agrémenté d'une zone humour et n'est pas une page journalistique officielle. J'y véhicule des opinions ou analyses de notre société avec lesquelles on peut être en accord ou en désaccord .Je ne cherche pas à me faire des amis mais à décrire des réalités avant tout. Je ne suis pas responsable de vos traumatismes personnels. Sur cette page, je critique les religions, lobbies pharmaceutiques, politiciens etc . Évidemment , tout le contenu de ma zone humour doit être pris à la légère et chaque gag est bien expliqué par la suite donc si vous voyez de la haine gratuite dans mes textes, je crois que vous en comprenez mal le sens et dans ce cas, je ne peux en être tenu responsable. Je suis cru mais je ne balance pas d'insultes gratuites qui ne trouvent aucun fondement moral.